Home Cuisine Cuisine : comment choisir son électroménager

Autrefois formant un tout, sous forme de cuisinière, les plaques et les fours préfèrent , de nos jours, vivre leur vie de manière indépendante.
Les fours

La tendance est de placer les fours davantage à hauteur moyenne, dans le sens de la vision, mais permettant une manipulation aisée. Trois règles de base : privilégier l’aspect pratique, la visibilité et la sécurité.
Les différentes dimensions s’expriment dans des mesures standards.
Quant aux procédés, ils rencontrent toutes les préférences et se livrent à différentes combinaisons possibles : four à chaleur statique, à chaleur tournante et à air pulsé, à vapeur, au gaz, micro-ondes ou encore combis multi-modes de cuisson.
L’alimentation et la protection électrique de votre four

Un four nécessite une puissance de 3 à 4 kW. Il doit être alimenté par une ligne monophasée de minimum 2,5 mm et protégé par un disjoncteur de 16 A.
La table de cuisson

A l’instar des fours, les tables de cuisson permettent aujourd’hui à chaque budget de trouver son bonheur. Dans leur version électrique, elles se composent de taques à induction, de taques vitrocéramiques à résistance, ou encore à infrarouge ou à halogène.
Les zones de chauffe épousent une forme bien établie ou s’adaptent même à la forme du contenant à chauffer.
Les modules de commande, quant à eux, adoptent un design de plus en plus épuré, où prédomine la commande tactile.
Sur le plan électrique, une table de cuisson ordinaire, à quatre zones chauffantes, demande une puissance de 6 à 8 kW et une ligne monophasée de minimum 6 mm de section ; le tout protégé par un disjoncteur de 40 A.
Le gaz, enfin, garde de nombreux adeptes, qui apprécient sa qualité de cuisson si particulière.
La hotte

Véritable nez aspirant de la cuisine, la hotte d’aujourd’hui se veut silencieuse, efficace, équipée de filtres sélectifs à haute capacité.
Elle fonctionne selon le système de l’aspiration ou celui de la circulation.
En cas de manque de place pour mener un conduit vers l’extérieur, le système à circulation et régénération est préconisé. Avec lui, l’air est aspiré, filtré et à nouveau réinjecté dans la pièce.
La hotte aspirante, quant à elle, aspire l’air, le fait passer dans un filtre en aluminium ou mousse de cellulose, qui n’encrasse pas la cheminée et le rejette vers l’extérieur.
Devenues silencieuses, certains modèles possèdent un moteur décentralisé, dont la turbine se place dans un endroit éloigné : (une cave, un placard,…). La puissance des hottes varie de 150 à 600 W et réclame une alimentation électrique de 2,5 mm de section. Une protection par un disjoncteur de 16 A suffit amplement.
 La réfrigération

Tout ne se refroidit pas et ne se conserve pas à la même température, ni dans les mêmes conditions d’humidité.
Le réfrigérateur et le surgélateur, réunis dans un seul et même appareil – ou non – sont des pièces essentielles de la cuisine, même si un surgélateur de capacité plus grande trouvera souvent sa place dans une autre pièce de la maison.
La plupart des réfrigérateurs et surgélateurs comportent une porte amovible, c’est-à-dire pouvant être placée en ouverture vers la gauche ou ouverture vers la droite.

Mais comment déterminer la capacité nécessaire ? Celle-ci s’estime selon la composition de la famille. 60 L par personne est une bonne moyenne.
Les frigos américains

Effet de mode aidant, les vastes frigos américains, à double porte et distributeur de glaçons, rencontrent un franc succès. Leur encombrement nécessite toutefois de disposer de la place suffisante.
La consommation électrique

Un réfrigérateur comme un surgélateur consomme, en moyenne, de 200 à 300 W et nécessite une installation électrique de 2,5 mm de section, protégée par un disjoncteur de 16 A.
Le lave-vaisselle

Contrairement aux idées reçues, un lave-vaisselle ne consomme pas nettement plus qu’une vaisselle effectuée à la main.
Un petit ménage effectue, en moyenne 200 vaisselles par an et une famille nombreuse 380.

Sur le plan électrique, un lave-vaisselle nécessite des fils de section de 2,5 mm et sa ligne doit être protégée par un disjoncteur de 16 A. Comme celle du lave-linge, elle doit également être protégée par le disjoncteur différentiel de 30 mA (c’est le disjoncteur qui protège les zones humides).

Leave a Reply